Les ignorants

Les-Ignorants109

Par Etienne Davodeau

Etienne Davodeau est auteur de bande dessinée, il ne sait pas grand chose du monde du vin.

Richard Leroy est vigneron, il n’a quasiment jamais lu de bande dessinée.

Mais ces deux là sont pleins de bonne volonté et de curiosité. Pourquoi choisit-on de consacrer sa vie à écrire et dessiner des livres ou à produire du vin? Comment et pour qui les fait-on?

Pendant plus d’une année, pour répondre à ces questions, Etienne est allé travailler dans les vignes et dans la cave de Richard, lequel en retour est plongé dans le monde de la bande dessinée.

Ils ont ouvert de nombreuses bouteilles et lu pas mal de livres. Ils se sont baladés, à la rencontre d’auteurs et de vignerons passionnés par leur métier.

Etienne Davodeau fait le pari qu’il existe autant de façon de réaliser un livre qu’il en existe de produire du vin. Il fait le constat que l’un et l’autre ont ce pouvoir, nécessaire et précieux de rapprocher les êtres humains.

C’est le joyeux récit de cette initiation croisée que vous propose Les Ignorants.

Vous avez certainement zappé sur le « Vis ma vie » de TF1. L’exceptionnel Etienne Davodeau reprend le concept sans pour autant se limiter à vendre du temps de cerveau disponible à ses annonceurs, si ce n’est les bonnes caves et les bons auteurs de bédé. Etienne ne connait rien du vin, Richard rien de la bande dessinée, l’un et l’autre dans cet ouvrage au volume impressionnant (268 pages) se rencontrent et se découvrent.

A la fois documentaire, carnet de voyage, parcours initiatiques, franche rigolade, coups de gueule, c’est un grand Davodeau que je tiens entre mes mains. Bien évidemment sûrement pas un livre que l’on lit comme ça entre deux trains. Il faut prendre le temps d’entrer dans ces pages de gris et blanc. Chacun a ses conviction et le goût du travail bien fait. C’est l’histoire de deux hommes (et de beaucoup d’autres) passionnés. Nous découvrons à la fois deux métiers mais aussi leurs façons de vivre.

En refermant le livre, je me rue vers d’autres bandes dessinées qu’Etienne fait découvrir à Richard, et je regarde différemment la bouteille de vin allongée dans ma cave.

Une bande dessinée à déguster… sans modération.

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Les ignorants », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Publicités

3 réflexions sur “Les ignorants

  1. Pingback: Un homme est mort | Le Quatrième de Couverture

  2. Pingback: Cher pays de notre enfance | Le Quatrième de Couverture

  3. Pingback: Reporter #1 – Bloody Sunday | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s