Mangez-le si vous voulez

Mangez-le si vous voulez

Par Jean Teulé

Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune Périgourdin intelligent et aimable, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin.
Il arrive à destination à quatorze heures.
Deux heures plus tard, la foule devenue folle l’aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé.
Pourquoi une telle horreur est-elle possible ? Comment une foule paisible peut-elle être saisie en quelques minutes par une frénésie aussi barbare ?
Ce calvaire raconté étape par étape constitue l’une des anecdotes les plus honteuses de l’histoire du XIXe siècle en France.

J’aime l’humour décalé froid et noir de Jean Teulé et son style cru depuis « Le magasin des suicides ». Mangez-le si vous voulez est un court roman d’une centaine de pages, qui décrit assez froidement (comme une caméra suivrait les événements) le calvaire d’un jeune bourgeois, apprécié dans son village et pourtant…

Chaque chapitre s’ouvre par un plan du village. Il nous décrit les déplacements d’Alain, des quelques uns qui tentent de prendre sa défense, et de la foule déchaînée qui ne comprend plus vraiment ce qu’il se passe.

Le texte est choquant, violent. Comment l’Homme peut-il en arriver là ? Comment de simples villageois sans histoire en viennent-ils à lyncher, torturer, brûler l’un des leurs ? N’attendez pas de réponses dans ce livre, du moins je n’en ai pas trouvé. La fin évoque rapidement un procès. Pas d’explication. Peut-il seulement y en avoir ? Les habitants sont hébétés, « Mais qu’avez-vous donc fait, hier ? Qu’est-ce qui vous a pris ? Le village frémit encore, mal étonné par lui-même : Mais qu’est-ce qui nous a pris ? »

Teulé use d’un style journalistique prenant le parti de s’arrêter sur les supplices et les incompréhensions plus que les raisons. J’ai parfois eu envie d’arrêter là le livre tant l’horreur ne cesse de croître au fil des pages. Heureusement le livre est court. Il nous met mal à l’aise.

Et nous, de quel bord nous serions nous rangés ?

 

 ***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Mangez-le si vous voulez », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Publicités

5 réflexions sur “Mangez-le si vous voulez

  1. J’ai pas aimé du tout ce roman. Je pense qu’il a souffert de la comparaison avec les autres livres lus de l’auteur (en particulier le Montespan et surtout Les lois de la gravité : assurément ces deux meilleurs). J’ai trouvé qu’il se complaisait trop dans le gore, rien y est subtil.

    • Merci de ta visite… Eh oui, Le Montespan est superbe (quelques longueurs quand même) mais surtout les Lois de la Gravité qui est exceptionnel de mon avis. La magasin des suicides vaut aussi son pesant de cacahuètes, je pense que j’en ferai une critique prochainement. Teulé ne cherche pas la subtilité je pense dans ce livre. Comment peut-il l’être, ce livre est juste volontairement révoltant je pense.

      • pour moi, Les lois de la gravité reste son meilleur livre et représente un énorme coup de cœur. Il m’a vraiment emmenée loin ce livre. La situation qu’il dépeint dans Mangez-le etc est tout simplement hallucinante et pourtant elle a existé. (c’est peut-être cela le pire)

  2. Pingback: Les lois de la gravité | Le Quatrième de Couverture

  3. Pingback: Le rapport de Brodeck | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s