L’homme qui plantait des arbres

L'homme qui plantait des arbres

Par Jean Giono, mis en images par Joëlle Jolivet

Il me sembla apercevoir dans le lointain une petite silhouette noire, debout. Je la pris pour le tronc d’un arbre solitaire. A tout hasard je me dirigeai vers elle. C’était un berger.

C’est ainsi qu’apparaît pour la première fois l’homme qui plantait des arbres, le héros au caractère inoubliable de Giono. Joëlle Jolivet, en linogravure et en relief, interprète lumineusement ce chef d’oeuvre pour les générations d’aujourd’hui.

Cette nouvelle de Giono est une commande. Comme la Joconde de De Vinci. Le Reader’s Digest, magazine américain, demanda à l’écrivain français de contribuer à sa rubrique «le personnage le plus extraordinaire que j’aie jamais rencontré». Giono envoya son texte quelques jours plus tard. Le magazine douta toutefois de l’authenticité de l’histoire et du personnage d’Elzéard Bouffier et refusa le texte qui paraîtra donc dans le magazine Vogue en 1953 sous le titre «The Man Who Planted Hope and Grew Happiness», un titre bien plus pompeux que celui de la traduction française parue en 1973 dans la Revue Forestière.

Eh bah quoi, on a bien le droit de se cultiver non ?

Elzéard Bouffier n’a donc pas vraiment existé et n’a pas traîné son bâton « dans cette très vieille région des Alpes qui pénètre en Provence ». Giono, le narrateur, rencontre ce personnage singulier alors qu’il randonne dans la région. L’homme l’accueille en silence dans sa bergerie pour la nuit. Le soir il trie des glands. Le lendemain, il parcourt les chemin, amoureusement, pour les planter et observer comment les précédents poussent.

La nouvelle est toute en silence et contemplation. Nous sommes admiratifs de cet Elzéard Bouffier qui n’a jamais existé et qui pourtant redonne foi en notre humanité. Deux guerres passent, lui continue, imperturbable, de planter ses arbres et de prendre soin de la forêt grandissante. Peu à peu la vallée renaît, les ruisseaux se remplissent, les habitants reviennent, incrédules et ébahis devant cette forêt « naturelle ». Parce qu’Elzéard Bouffier se fout de ce que les autres pensent, il plante, généreusement. Et, comme le dit Giono, si les hommes avaient su que la forêt avait un créateur, alors peut-être ne l’aurait-on pas laissé faire.

Cette nouvelle magnifique est un petit bijou de tendresse et de générosité. Hymne à la Nature. Éloge de la bonté humaine. Ode à l’humilité… Les qualificatifs ne manquent pas. Elle est parfaite pour lire au coin du feu.

Parfaite, l’édition de 2010 de Gallimard Jeunesse l’est plus encore (comment peut-on être plus que parfaite ?). La maison d’édition agrémente le texte des très belles images de Joëlle Jolivet qui mettent superbement en scène l’histoire. Deux pages pop-up aux très belles couleurs ajoutent encore à l’émerveillement.

A offrir. A lire. A regarder.

(Cette édition fait écho je trouve un peu à « dans la forêt du paresseux (ici), bien évidemment la nouvelle de Giono a beaucoup plus de densité…)

L'homme qui plantait des arbres pop-up1

L'homme qui plantait des arbres pop-up2

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « L’homme qui plantait des arbres », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant votre adresse simplement e-mail (aucune création compte nécessaire).

Publicités

3 réflexions sur “L’homme qui plantait des arbres

  1. Même si Elzéar Bouffier n’a pas existé, des personnages du même genre ont réellement été pris par cette lubie de planter des arbres pour recréer un écosystème qui avait disparu. Et ça a l’air de fonctionner pas mal! A voir par exemple, ce reportage sur Jadav Payeng, en Inde https://www.youtube.com/watch?v=HkZDSqyE1do
    Voir aussi le film Le sel de la Terre, sur la vie de Sebastião Salgado.
    Et enfin, pour une expérience un peu différente, il existe plusieurs versions en livre audio de cette nouvelle, dont certaines sont disponibles sur internet https://www.youtube.com/watch?v=n5RmEWp-Lsk

    • Merci Jean-Louis ! Effectivement, je partage que même si ce personnage n’a pas existé il s’inspire et inspire beaucoup de personnages bien réels ! Et heureusement…

  2. Cool ! J’ai retrouvé ce livre pop-up que je ne pensais plus trouvable chez ma libraire ! (je ne sais pas pourquoi je le pensais non trouvable :-)) Mais achetez le !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s