Mâle occidental contemporain

Male Occidental Contemporain

Par François Bégaudeau et Clément Oubrerie

Thomas dépense beaucoup d’énergie pour établir la communication avec l’autre sexe. Mais tout cela se traduit souvent par des échecs, autrement nommés des râteaux. Il n’a pas réalisé que le féminisme avait fait son oeuvre. Les filles sont devenues exigeantes, directes, malicieuses. Thomas va devoir hausser le niveau et se remettre jusqu’à trembler sur ses bases viriles.

Une comédie douce-amère sur les relations hommes / femmes sublimées par un duo de choc : le style caustique et fantaisiste de Bégaudeau décuplé par le trait vif d’Oubrerie.

Connaissant le talent de Clément Oubrerie (dessinateur entre autre de la série exceptionnelle Aya de Yopougon avec Marguerite Abouet) et de François Bégaudeau (auteur de Entre les murs, adapté au cinéma par Laurent Cantet avec Bégaudeau himself dans le rôle titre), je m’attendais à une bande dessinée explosive, sarcastique, qui gratte là où ça pouvait faire mal.

Pas grand chose de tout ça. Thomas est en chasse, il veut une copine, ou un plan cul, ça conviendrait aussi, il ne va pas faire le difficile. Thomas est paumé dans une grande ville. Mais les filles l’envoient le plus souvent sur les roses. Il faut dire aussi que ces techniques de drague éculées (que j’éviterais de commenter puisque les miennes ne fonctionnent pas mieux) sont des plus lourdes. La couverture rappelle l’affiche du film « L’homme qui aimait les femmes » de Truffaut. Et c’est ce que Thomas est.

Les femmes ne sont pas des proies faciles en pâmoison devant l’homme qui leur fera des avances. Elles prennent le contrôle des trottoirs en toutes puissantes qu’elles sont devenues devant ces hommes qui rampent à leur pied dans l’attente d’un sourire ou d’un regard qui pourrait augurer d’une soirée (voire nuit) accompagnée.

Nous sommes dans une caricature parfois facile des hommes et femmes urbaines, loin d’un mode d’emploi. Je ne parviens pas à plaindre ce Thomas qui se prend râteaux sur râteaux. Je ne sais pas bien vers où va cette bande dessinée, si ce n’est que le protagoniste tourne en rond tentant de comprendre ce qui cloche dans ses techniques de séduction. Satyre légère d’une société urbaine dans laquelle je ne me retrouve pas, je crains d’être passé à coté de cet album, malgré plusieurs lectures. Il reste tout de même un agréable moment, mais ne cherchez rien d’exceptionnel…

Male Occidental Contemporain1

 

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Mâle occidental contemporain », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant votre adresse simplement e-mail (aucune création compte nécessaire).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s