Rester normal

Rester Normal

Par Frédéric Beigbeder et Philippe Bertrand

Rester normal est un objectif difficile à atteindre quand on a un papa qui possède 5 milliards de dollars. Rester normal raconte une journée dans la vie d’une famille très très riche, à Genève, en septembre dernier. Unité de temps, unité de lieu, unité d’action : ne tournons pas autour du pot, Rester normal est une tragédie.

Rester Normal est la première incursion d’un auteur fétiche dans le monde de la bande dessinée. Beigbeder se fait scénariste. Philippe Bertrand (que je retrouverai plus tard avec le Montespan, l’adaptation du roman de Jean Teulé) dessine. Parlons plus d’une nouvelle en bande dessinée, une petite histoire rapide et déjantée, un peu comme Beigbeder a pu nous en écrire dans les Nouvelles sous Ecstasy (recueil absolument délicieux et cynique !) Sexe, drogues, argent, prostitution, indécence… Je retrouve tous les ingrédients de Beigbeder. Pas trop longue, cette bande dessinée n’a pas besoin de l’être, tout est dit en peu de pages, peu de mot. Les dessins de Bertrand collent parfaitement à la caricature de riches dont on nous dévoile un envers du décor bien loin des images de Voici et Paris-Match qui nous font rêver la richesse et dire que l’argent fait le bonheur.

Au petit déjeuner, un rail de coke et un café noir, noël se fête en septembre, papa baise avec des putes (tant que ça se passe comme ça, maman ne dit rien), maman a mis fin à une carrière prometteuse d’actrice porno et sister se découvre, en pleurs, hétérosexuelle (heureusement, sa mère l’accepte telle qu’elle est…) et au milieu de tout ce beau monde il y a Junior qui s’obstine à vouloir rester normal, mais « quand on est riche, ça devient un travail à plein temps »…

Tout est donc caricatural à souhait, pas un sourire, personne ne semble heureux, on s’amuse à pourrir le Falcon de papa, à offrir de godemiché pour noël ou à empailler des chiens pour la collection de Junior.

Mais ce Junior a un plan pour avoir un peu de tranquillité, quitte à ce que ce soit encore plus difficile de rester normal après…

Cet album est loin d’être un chef d’œuvre, je ne rigole pas à toutes les vignettes. Comme l’avertissent les auteurs sur la dernière page « Ne manquez pas le prochain épisode carrément ignoble », et le premier est déjà fort nauséeux, alors j’hésite à m’offrir le second. Parce qu’à la vitesse où se lit cette bande dessinée, c’est clairement un produit de luxe… La chute est inattendue et magnifiquement cynique. Oui l’album est malsain, oui le scénario est plutôt creux, oui les personnages donnent envie de vomir, mais tout cela n’est que l’univers de Beigbeder que je continuerais quand même de préférer en roman !

Rester Normal, planche

 ***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Rester normal », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s