Soit dit en passant

soitditenpassant_107291

Par Vincent Caut

Soit dit en passant Verso

Comme vous avez certainement pu le remarquer, je ne chronique que très rarement avant la sortie d’un album… J’ai toujours un coup de retard. Tant pis. Mais bonne nouvelle, contrairement à Macadam Valley, celui-ci ne semble pas encore épuisé au moment où j’écris ces lignes, bien qu’il soit sorti aux éditions Makaka qui ont aussi édité les Contes à dormir debout de Ced en 2010 !

C’est à l’ouverture de ma librairie préférée que je suis tombé dessus. Et la quatrième de couverture a fait son office, je me marre, j’achète. En plus c’est tout à fait moi. Allongé sur mon lit ou avachi sur mon canapé à me dire que, vraiment, je devrais faire quelque chose de ma journée et enfiler autre chose qu’un pyjama.

Vincent entre en terminale, à la fin de l’année le baccalauréat, la majorité, le droit de vote, les responsabilités, la sortie du nid familial ! Yeah… que de souvenirs et d’émotions… Il les couche sur son blog au fur et à mesure avec tendresse et le regard d’un adolescent un peu entre-deux un peu solitaire. Il s’attarde avec un humour frais (et pour une fois ni décalé, ni cynique ni noir… ça me change) sur les petits événements de sa vie d’étudiant préparant avec sérieux (ou pas) l’examen d’entrée dans la cour des grands. Mathématiques, philosophie, SVT, vacances devant la Wii, tout y passe.

Petits galères et bonheurs.

Vous vous retrouverez certainement dans l’une ou l’autre de ces situations. Celle qui vous fait rater le bus pour une raison idiote et (absolument) pas préméditée, celle de la neige honnie qui devient tout à coup une super nouvelle quand vous apprenez que les cours seront exceptionnellement annulés, ou encore celle de ce bras trop court pour saisir la bande dessinée au pied du canapé.

Tout n’est pas que gags, toutes les pages ne sont pas drôles. Vincent Caut raconte une tranche de sa vie qui nous ramène parfois à la nôtre avec nostalgie. C’est simple et sans exagération. Il parle avec sa conscience (gros personnage Barbapapa (oui, là, on sent tout de suite le choc des générations !) rose) qui est le seul personnage un peu grossier de l’album (et encore, quand on sort de Macadam Valley ou Microcosme, je vous assure que c’est gentillet et agréable !)

Le dessin tout en rondeurs me fait parfois penser au trait de Manu Larcenet dans le Retour à la terre ou à Émile Bravo dans Les aventures de Jules.

Vincent Caut est né en 1991, on ne va pas refaire la page Wikipedia, plusieurs fois primé, notamment au festival d’Angoulême, il collabore aujourd’hui avec des revues jeunesses comme Phosphore, il continue de tenir un blog (http://www.vincentcaut.com/) et, visiblement a eu son bac 🙂

Tendresse, humour, nostalgie, j’ai retrouvé tout ça dans cet album. Et, franchement, le lycée c’est génial ! Ce livre sera parfait pour déstresser un peu avant de passer vos examens.

Planche Soit dit en passant

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Soit dit en passant », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

5 réflexions sur “Soit dit en passant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s