L’arabe du futur

L'arabe du futur Par Riad Sattouf

Ce livre raconte l’histoire vraie d’un enfant blond et de sa famille dans la Lybie de Khadafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad

L'arabe du futur vignette Le petit Riad est né en 1978 d’un père Syrien et d’une mère bretonne qui se sont rencontrés sur les bancs d’une université française (bleu). Pourtant rien n’était gagné parce que Clémentine (la mère), elle n’était pas vraiment attirée par cet arabe un peu lourd qui insistait pour les suivre, elle et son amie, et leur donner rendez-vous. Pourtant voilà, cette histoire d’amour commence par la pitié de la mère qui ne veut pas poser un lapin et se rend donc au rendez-vous… mais « un café, pas plus« . Quelques années plus tard le café se transformera en un enfant blond aux cheveux longs. Le père est docteur en histoire avec des rêves de grandeur. Sa femme le suit jusqu’en Lybie (jaune) où il trouve un poste.

La famille déménage là bas, dans l’état des masses populaires où toute parole est contrôlée et où les maisons sont gratuites et ne ferment pas. Il n’y a qu’à se servir. Le climat pas très stable pousse le père à retourner en France (bleu). La mère espère qu’il y trouvera un travail. Mais il ne cherche pas, et c’est en Syrie (rose), la patrie de sa famille, qu’ils s’expatrient à nouveau. Le petit Riad suit et observe avec sa naïveté d’enfant le monde autour de lui, émerveillé, inquiet, tentant de comprendre.

Il tente de se construire entre tous ces pays, un peu français, un peu syriens, un peu apatride, voyant sa mère se déliter seule alors que son père l’instruit dans sa fascination des dictateurs arabes, modèles de virilité. Riad découvre la religion et ses enchevêtrements complexes, entre musulmans tous puissants, chrétiens sur la mauvaise voie et juifs infréquentable. Dieu a la tête de Georges Brassens, il balance des bananes à ses sujets. Chacun son image du paradis.

Dans cet album chaque pays est repérable aisément par la couleur des pages, bleu pour la France, jaune pour la Lybie, rose pour la Syrie et vert pour le Royaume-Uni. Le dessin est simple et l’histoire bourrée de détails émouvants ou perturbants alors que nous nous prenons en pleine face les différences culturelles que Riad tente d’appréhender et sa mère d’accepter alors que le père semble être une caricature, un peu raciste mais tout de même ouvert, très respectueux des traditions et de la famille, souvent absent, mais si joyeux et visiblement heureux de vivre. Toute la famille vit dans l’ombre du père.

Je retrouve dans cette bande dessinée du Marjane Satrapi (Persepolis) ou du Guy Delisle. Évidemment le parallèle avec le premier est tout de suite évident du fait du récit raconté par les yeux d’un enfant. Il y a aussi un peu de Marzi, en plus grave tout de même. Le récit est très touchant et sincère, avec une vision plutôt pessimiste du monde arabe. Le père seul s’attache à un futur arabe qui soit beau, éduqué et libre. Il projette sur son fils sa vision de l’arabe du futur. Mais il a lui-même bien du mal à trouver sa place dans ces pays où il voudrait pouvoir compter, mais que son séjour français a transformé. En France peut-être a-t-il rêver ces nations arabes qui se révèlent décevantes malgré son enthousiasme qui sonne parfois faut.

La vie de cet enfant, baladé dans ces pays arabes, est parfois perturbantes. Difficile d’imaginer cela avec nos filtres occidentaux. Bien que dramatiques parfois, les événements sont adoucis, encore une fois, par la voix de l’enfant. J’ai été bouleversé, intrigué, peut-être de façon malsaine parfois, m’attachant à ne pas juger ce que l’auteur décrit. Pourtant il y a de quoi critiquer la gestion de ces pays arabes, pas l’attachement et le patriotisme de ses habitants.

Choc des cultures, difficultés d’adaptation, rapport à l’autre… ce livre nous questionne sur tout cela. Et il méritait bien un Fauve d’Or ! Vivement le tome 2 !

L'arabe du futur vignette2

 ***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « L’arabe du futur », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

3 réflexions sur “L’arabe du futur

  1. Pingback: L’arabe du futur – #2 | Le Quatrième de Couverture

  2. Pingback: Les cahiers d’Esther – Histoires de mes 10 ans | Le Quatrième de Couverture

  3. Pingback: L’arabe du futur – #3 | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s