Le sculpteur

Le SculpteurPar Scott McCloud

En mal d’inspiration, David Smith, jeune sculpteur torturé se voit proposer un pacte qui lui permettra de réaliser son rêve d’enfance : sculpter ce qu’il souhaite à mains nues.

Mais rien n’est éternel et tout a un prix. En échange de sa vie, il aura deux cent jours pour créer son Œuvre. Et il va le payer encore plus cher : au lancement du compte à rebours il rencontre le grand amour… De quoi ébranler toutes ses certitudes.

Une interprétation moderne, implacable et poétique du mythe de Faust.

A l’aube de la trentaine David Smith est complètement perdu. Quel sens a sa vie ? Son passage dans la cour des grands artistes n’a pas duré, il est lâché par ses amis, s’il en avait, son inspiration fout le camp, son meilleur ami couche avec un jeune et riche arriviste, l’amour ce n’est pas son fort, d’ailleurs, les relations humaines ce n’est pas pour lui. Il est fauché et n’a que quelques dollars en poche alors que le jour de son anniversaire il est attablé dans un fast-food quelconque ruminant sa dépression. Rien ne semble pouvoir le sortir de là. Arrive alors Harry, un oncle qu’il connait sans vraiment connaître, qui lui rappelle comme il avait des rêves étant enfant, comme il était talentueux dans sa famille d’artistes. Il lui propose d’accomplir ce rêve, mais il y aura une contrepartie, rien n’est gratuit…

Sortant du fast-food, triste, peut-être encore plus perdu, il est assailli par ses pensées sombres et tordues, dans la rue, il est oppressé par la foule, un ange vient du ciel lui dire que tout va bien se passer. Rêve-t-il où tombe-t-il amoureux ? Peut-il encore y croire ? Smith, sur le pont de Brooklyn, découvre alors son incroyable talent, celui dont il rêvait. Celui qui lui coutera si cher.

sculptor mccloud review

Rien de très neuf dans les thèmes abordés par l’album, l’amour, la mort, le sens de la vie… Ce qui a fait le succès de beaucoup de livres et de films… et ce qui rythme aussi un peu nos propres existences. Bien sûr, dès les premières pages nous savons que tout se finira 200 jours plus tard, nous savons que David va se lancer à cœur perdu dans ces derniers jours pour que l’on se souvienne de lui et qu’il atteigne la renommée qu’il attend depuis si longtemps. Mais comment vivre pleinement une histoire d’amour quand on sait qu’elle ne peut que finir mal ?

Le Sculpteur planche 2

Dans ce roman graphique de près de 500 pages, Scott McCloud utilise très peu de couleurs. Soyons honnête, elles sont absentes. Un peu comme dans le Blankets de Craig Thompson. Tout en nuances, les ombres dessinent les sentiments des personnages, le trait simple et pourtant des planches particulièrement détaillées, pleines de vie. Il n’a pas son pareil pour dessiner des foules dans lesquelles on ne voit que ce qu’il veut bien nous montrer, ses personnages perdus en leur milieu. Solitude urbaine. Insoutenable parfois. Les nuances de bleu amplifient l’ambiance inquiétante de tout le livre.

L’auteur maîtrise parfaitement la narration, nous entraînant à sa suite au plus près des états d’âme de David, il nous bousculent par un flot de questions qui me ramène à moi, sans complaisance, parfois violemment. Quel est notre héritage ? Et finalement, qu’est-ce qui compte ?

McCloud observe aussi avec un regard cynique le monde de l’art, des galeries, des coucheries… de ce qui fait qu’un artiste en devient un, ou qu’il n’est qu’un usurpateur, une sorte de hors-la-loi, hors-la-vie… Il porte un regard amer et sensible sur nos vies et nos relations qui parfois tiennent à si peu de choses, vont et viennent, sont si longues à construire et si promptes à s’effondrer, sur combien l’attachement est une douleur quand vient le moment de l’arrachement.

Je rencontre plein de paumés dans cet album, et je ne crois pas que je le conseillerais à ceux qui sont tourmentés ou seul, pourtant qu’il est beau.

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Le sculpteur », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s