La belle aux ours nains

La belle aux ours nains couvPar Émile Bravo

Quand un ours nain part chercher un prince pour une enquiquineuse de princesse en détresse, c’est forcément toute une série de prétendants à problèmes qui croisent son chemin. Et si la fée marraine perd son sang-froid devant tout ce bazar, elle pourrait bien lancer quelques sortilèges pour le moins surprenants…

Quand madame Bravo lisait à son fils des contes pour s’endormir, il est fort probable que le petit Émile n’était pas tout le temps attentif. A moins que sa mère n’ait passé des pages et ait allègrement sauté d’un conte à l’autre pour se libérer plus vite de cette corvée. Et on voit ce que cela donne !!! Un melting pot joyeux et barré de contes où l’on croise une Cendrillon hautaine et délaissée, une fée marraine lassée de jeter des sorts, une princesse endormie pour cent ans, et une autre qui frappe à la porte de sept ours nains tout juste réveillés de leur hibernation pour se protéger d’un méchante belle-mère (c’est fou comme dans les contes les belle-mères sont souvent des mégères, il doit sûrement y avoir un once de vrai là-dedans…) qui veut être la plus belle. Ah, et j’oubliais, un petit cochon qui insiste pour que nos ours se construisent une maison en pierre…

La belle aux ours nains plancheNos ours aux gros yeux n’aspire qu’à retrouver leur tranquillité. Pas question qu’une princesse s’invite chez eux comme ça ! Mais comment la faire partir ? Parce qu’ils ne sont pas méchants nos sept ours nains, ils veulent bien donner un coup de main. L’un d’eux est alors missionné pour dégoter un prince. Il en trouvera au moins trois, tous plus intéressés et stupides les uns que les autres, victimes de sorts, parce qu’ils le valent bien, sûrement…

Les dessins d’Émile Bravo font mouche dans ce conte détourné qui est le troisième opus d’une série de quatre, enfantins et décalés, pleins de petits clins d’œil délicieux. Les personnages emblématiques des contes de notre enfance s’entrechoquent et se croisent, chacun plus important l’un que l’autre, et pourtant avec cohérence.

Un album déjanté qui tient ses promesses, de quoi vous dégoûter de vouloir trouver la princesse charmante (je vais vous dévoiler un truc : elle n’existe pas…)

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « La belle aux ours nains », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

2 réflexions sur “La belle aux ours nains

  1. Pingback: Spirou – Le journal d’un ingénu | Le Quatrième de Couverture

  2. Pingback: Le jardin d’Emile Bravo | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s