Le garçon en pyjama rayé

Le garçon en pyjama rayéPar John Boyne

Vous ne trouverez pas ici le résumé de ce livre, car il est important de le découvrir sans savoir de quoi il parle. On dira simplement qu’il s’agit de l’histoire du jeune Bruno que sa curiosité va mener à une rencontre de l’autre coté d’une étrange barrière. Une de ces barrières qui séparent les hommes et qui ne devraient pas exister.

Évidemment, avec une quatrième de couverture comme ça, c’est un peu compliqué de se faire une idée de ce que sera ce livre. Bon, il y a un peu d’hypocrisie tout de même puisque le titre me semble très évocateur. Mais je m’interroge tout de même : est-il si évocateur que cela pour tout le monde ? Notamment les plus jeunes ? Pas si sûr. Et dans ce cas ce texte où apparaissent un certain Fourreur et un lieu appelé Hoche-Vite, vu des yeux d’un petit garçon, Bruno, de neuf ans, est tout à fait intéressant.

Parler de cette période de l’Histoire où les uns ont mis les autres derrière des barrières sans autre raison que leur religion est compliqué. Souvent violent avec tout plein de violons pour nous faire pleurer, pour montrer réellement l’atrocité de ce qu’il se passe. Parce qu’avec le recul, nous sommes toujours plus intelligents. Bruno n’a aucun recul. Il tente de comprendre, il vit dans sa vie aisée, et finalement assez simple, de fils de militaire allemand, remarqué par le Fourreur, à qui est confié une mission de la plus haute importance loin de Berlin pour un laps de temps indéterminé (selon Gretel et Bruno, qui ne comprennent pas bien l’expression, cela pourrait aller de 3 semaines à un mois, mais pas plus…) Toute la famille va l’accompagner et se retrouver dans cet endroit vide et sans intérêt, où il n’y a pas d’amis, où des militaires vont et viennent dans la maison comme chez eux. Bruno s’ennuie. Bruno se pose des questions. Les adultes n’y répondent pas. Les adultes le renvoient dans sa chambre s’il discute trop.

Par la fenêtre de sa chambre il voit tout un village au loin où les gens, uniquement de sexe masculin, porte tous un pyjama rayé. Qui sont-ils ? Que font-ils là ? Pourraient-ils devenir ses amis ?

Apparaît alors Shmuel…

D’aucuns pourraient dire que John Boyne s’attache à simplifier à outrance un sujet grave qui ne devrait pas l’être. Peut-être. Le parti-pris de raconter son histoire par la bouche de Bruno y contribue fortement. Le fait que Bruno soit du bon coté de la barrière également, du fait de son point de vue. Il ne sait pas ce qu’il se passe derrière ces barbelés. Cette lecture appelle un accompagnement par un adulte pour remettre dans un contexte historique les fait, pour parler avec le lecteur de toute les horreurs qui se passaient dans ces camps, tout ce que Bruno ne comprend pas, lui qui ne pense qu’explorer. Le livre ne se substitue pas au témoin, ou à l’enseignant, ou au parent, il sera une porte d’entrée vers un devoir de mémoire. Pour que les dernières phrases du livre soient vraies :

Tout cela s’est passé il y a fort longtemps, bien sûr, et rien de semblable ne pourrait plus jamais arriver.

Pas de nos jours.

Bien évidemment le livre peut-être lu seul, et c’est aussi tout son intérêt. Mais je pense qu’alors il soulèvera beaucoup de questions, il invitera à aller plus loin. Nous n’entrons pas dans le camp. Nous ne parlons pas de la vie de ce garçon au pyjama rayé, sinon de celle d’avant. Mais avant quoi ? Que s’est-il passé ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi le père si fort (c’est quand même son père) de Bruno fait-il cela ? Il ne pourrait pas faire de mal. C’est un bon militaire. Le Fourreur a de grands plans pour lui.

Ce livre est bouleversant. La plupart du temps John Boyne suggère plus qu’il ne décrit. Ce que nous savons de l’horreur fait le reste. Il parle d’une amitié qui nait malgré cette barrière, malgré ces disparitions, malgré de nombreuses incompréhensions. Il ne cherche pas à expliquer l’inexplicable. La naïveté et l’innocence nous cachent l’horreur et l’indescriptible. Pourtant nous savons ce qu’ignore Bruno, mais comment lui interdire de voir un ami ?

A lire, à faire lire, pour se souvenir…

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Le garçon au pyjama rayé », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

2 réflexions sur “Le garçon en pyjama rayé

  1. Pingback: Max | Le Quatrième de Couverture

  2. Pingback: Le garçon au sommet de la montagne | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s