Mal de mère

Mal de mère Cover

Par Rodéric Valembois

Jean-Mary, mon père, cultivé et ironique ; il est le maire de notre commune et travaille dans la culture. Mon grand frère, Cédric, est un ours qui ne dit pas grand chose ; adolescent, il est en conflit avec tout le monde. Ma petite sœur, Vanessa, est sans doute la plus fragile ; elle aura toujours connu notre mère dans cet état. Claudette, remarquable maman, institutrice en école maternelle. Elle s’occupait vraiment bien de tout, de la maison, de notre famille… Avant.

Et puis moi, Rodéric, jeune garçon de neuf ans pas du tout armé pour la vie, qui pense vivre dans le meilleur des monde mais qui voit tout ce qui l’entoure s’effondrer et se salir.

Rodéric a 9 ans. Dans sa famille il y a le père, à la santé fragile, maire, barbu et autoritaire, il y a le frère, Cédric, qui mange en protégeant son assiette pour être sûr de n’en rien perdre, Vanessa, la petite sœur qui ne dit pas grand chose et puis il y a la mère, instit, très gentille. Oui mais voilà, la mère envoie Rodéric faire les courses parce qu’elle n’a pas le permis, et sur la liste, souvent, il y a écrit « porto ».

Affection maternelle.indd

Mal de mère – Rodéric Valembois – Page 5

Rodéric est comme aveugle. Rien de mal à acheter une bouteille d’alcool. Sa sœur le met sur la piste de l’alcoolisme de sa mère en lui révélant les bouteilles qui s’invitent dans les endroits les plus insolites de la maison. Et je suis comme lui. La bouteille qui occupe un bon quart de la couverture je ne l’ai vue que lorsque j’ai compris le mal dont souffrait la mère. Les parents s’engueulent et l’enfant se dit qu’il en est responsable. La mère boit et l’enfant se dit que c’est de sa faute. Tout le ramène à une culpabilité dont il peine à s’extraire. Les tentatives de désintoxication maternelles se soldent par des échecs. A peine rentrée la bouteille se cache à la cave. Le père n’arrive pas à couper les vivres à sa femme, l’addiction triomphe. Impuissante la famille ne peut assister qu’à une déchéance sans comprendre ce qui a pu mener là. Le visage devient bouffi. Les traits s’arrondissent. Les marques de l’alcool sont la…

Mal de mère Planche

Mal de mère – Rodéric Valembois – Page 36

Le récit autobiographique de Rodéric Valembois n’est pas voyeur. Il nous donne à voir la descente aux enfers d’une famille normale,qui perd pied petit à petit, pourrie par l’alcool ingurgité. Rien n’y fait. Rien ne peut faire sortir cette femme de l’ornière ni cette famille de la culpabilité qui la ronge, de l’envie d’abandon qui leur fait dire que ce serait si simple de ne plus avoir de relations avec cette mère même s’ils peuvent le regretter alors que les pompes funèbres approchent. Pas de sensiblerie. Le dessin enfantin, un peu parfois à la Zep nous entraîne dans l’univers de l’enfant qui ne comprend pas toujours ce qu’il se passe autour de lui ou ne veut pas voir.

Mal de mère Planche3

Mal de mère – Rodéric Valembois – Page 24

Un bel album en noir et blanc, tranche de vie d’une famille en noir et blanc, comme le ciel et les terrils du nord où tout se passe… A découvrir…

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Mal de mère », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s