Le reste du monde

Le reste du monde - Couv

Par Jean-Christophe Chauzy

Comment garder sa part d’humanité en s’efforçant de survivre ?

Marie vient de se faire plaquer par le père de ses deux enfants. Il est parti pour une femme plus jeune, plus ferme, qui correspond certainement mieux à son idéal de féminité. Ça arrive… Marie est en vacances depuis un mois dans les Pyrénées, pourtant, dès les premières pages, on ne la sent pas tellement reposée. La rentrée approche, celle de ces enfants et la sienne. Elle est tendue, un peu comme ses animaux qui dévalent la pente et traversent en plein jour les routes sans se soucier des véhicules qui y passent. L’album s’ouvrent sur quelques pages d’un vert bucolique qui fleure bon la montagne, comme un cliché qui tranche avec le gris de la couverture et de la quatrième.

Le reste du monde - Jean-Christophe Chauzy - Page 4

Le reste du monde – Jean-Christophe Chauzy – Page 3

Afin de terminer le rangement du chalet qu’ils ont loué, un peu plus haut, Marie laisse Jules et Hugo chez des amis dans le village où il retrouvent Théo et remonte. On sent tout le poids de la séparation et des soucis sur les épaules de la femme, elle a le visage torturé. En bas, au village de Cazeaux, on prédit un orage, le ciel ne peut rester longtemps serein. Et, effectivement, l’orage éclate alors que Marie est remontée, d’une rare violence et accompagné de secousses sismiques.

Le reste du monde - Jean-Christophe Chauzy - Page 22

Le reste du monde – Jean-Christophe Chauzy – Page 22

Le vert des pâturages disparaît des couleurs. Les planches sont jaunes, grises, enflammées. Le dessinateur nous laisse à contempler de magnifiques doubles pages d’un orage que nous sommes heureux de vivre en regardant par la fenêtre. La maison est ébranlée. Les ruisseaux débordent. Les arbres volent. Les routes s’effondrent. Marie ne pense plus qu’à une chose : ses enfants ! Elle les a laissé en bas, dans le village. Vont-ils bien ? Le reste de l’album sera une course pour la survie de sa famille. Rien ne l’y avait préparé. Les secours se montrent démunis, la nourriture est rationnée, les gens meurent, ils sont abandonnés là, on ne peut rien y faire. La colère gronde dans les regards des touristes enfermés dans le village, la révolte n’est pas loin et la solidarité des premières heures, celles où l’on pouvait encore croire que tout serait vite terminé, s’efface rapidement pour laisser place à un « chacun pour soi » qui révèle notre animalité et des réflexes de survie insoupçonnés.

Le reste du monde - Jean-Christophe Chauzy - Page 26

Le reste du monde – Jean-Christophe Chauzy – Page 26

Dans cet album catastrophe, l’auteur ne prend pas le temps de faire monter la pression. Elle est déjà présente dans le personnage de Marie, tiraillée par ses enfants qui ne jurent que par leur père qui pourtant les a abandonnés. L’orage et le séisme sont comme la représentation physique de ce qui ébranle Marie. Au fil des pages, le visage triste, tendu, de Marie deviendra plus décidé, comme réveillé et rayonnant. Sa colère et la rage seront remplacés par un instinct de survie qui la conduit à se dépasser pour protéger sa famille. Le scénario est particulièrement réaliste, parce que si les événements s’enchaînent à un rythme nous laissant assez peu de répit, il reste entre les pages des respirations qui confortent la crédibilité.

Les dessins sont simplement magistraux, un détail fouillé, une colorisation superbe et des cases qui explosent comme des bouts de verre en tombant au sol, comme la vie de chacun des personnages que l’on croise dans cette bande dessinée.

L’angoisse nous tient jusqu’à la scène finale, qui ne dévoile rien mais laisse en suspens le lecteur dans un ‘A suivre » qui me fait bouillonner ! Dépêchons-nous, je ne peux attendre plus longtemps de découvrir les épreuves que cette famille devra encore traverser…

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Le reste du monde », si vous l’avez acheté après avoir lu un avis quelque part, n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Une réflexion sur “Le reste du monde

  1. Pingback: Le monde d’après | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s