L’arbre rouge

L'arbre rouge couv

Par Shaun Tan

Certains matins, le monde ne rime à rien. Tous les ennuis surgissent en même temps. Et soudain le bonheur est là, d’un beau rouge vif.

Mystère, poésie, virtuosité graphique, plongez dans l’univers d’un artiste prodigieux. Par l’auteur de Là où vont nos pères et de Contes de la banlieue lointaine.

Vous ne pourrez m’enlever de l’esprit que Shaun Tan est un magicien. Rien moins que ça !

Il m’avait déjà beaucoup touché avec son univers dans Là où vont nos pères (chronique ici), ses illustrations de l’adaptation des contes de Grimm par Philip Pullman m’enchantaient presque plus que les textes.

Et voici donc cet Arbre Rouge. Un album réédité en 2010 par Gallimard Jeunesse (mais précédemment édité par une petite maison d’édition, la Compagnie Créative…) Un court album en quinze tableaux tous plus magnifiques les uns que les autres.

L'arbre rouge détail2

Une jeune fille aux cheveux rouges se réveille un matin, sa chambre est envahie de feuilles noires d’automne, rien ne va, pas d’envie… Elle va quitter son chez elle. Nous allons la suivre dans ces quinze tableaux qui seront le reflet de sa mélancolie, de sa solitude, de sa dépression, de son état d’esprit sombre, tourmenté, qui donne envie parfois de la serrer dans nos bras, et que, peut-être, nous avons chacun vécu un jour.

L'arbre rouge page

L’univers de Shaun Tan est là. Rien à y ajouter. Je peux passer de longues minutes sur l’une des pages à détailler avec gourmandise chaque dessin aux techniques variées, à la symbolique chargée, à la poésie débordante quand la réalité s’éloigne pour laisser place à l’imaginaire, celui que nous avons gardé de quand nous étions enfants.

Comment construire un livre jeunesse qui décrit avec des mots justes un état dépressif, sans que tout soit gris et sombre ? Comment parler de celui qui n’attend rien et n’a plus d’envies ? Shaun Tan a su choisir des mots justes et simples (relayé en cela par la traduction d’Anne Krief.) Ses illustrations colorent un album sensible et empli d’émotions (oui oui, au pluriel) qui laisse un grand silence pensif et émerveillé derrière lui…

L'arbre rouge détail

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « L’arbre rouge », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Une réflexion sur “L’arbre rouge

  1. Pingback: La chose perdue | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s