La chose perdue

La chose perdue - Couv

Par Shaun Tan

La chose perdue verso

Revoilà un Shaun Tan les enfants ! Je sais, ma boulimie me reprend et c’est mal ! Fort heureusement l’illustrateur génial sino-australien ne se répète pas vraiment sinon dans son humanité. Je vous avais déjà proposé Là où vont nos pères (ici) et l’Arbre Rouge () qui m’avaient plus qu’enthousiasmés… En même temps que le second j’avais acheté cette Chose Perdue, juste parce que Shaun Tan. La composition du livre est tout simplement magnifique. Tout s’y intègre joliment et sans fausse note, le code barre lui-même semble faire partie de l’histoire. J’admire en tournant les pages le travail de bénédictin de chaque page aux arrières plans couverts de notes, aux dessins où se cachent mille détails… Il ne reste plus qu’à me plonger dans l’histoire.

La chose perdue Page

Et là horreur ! Je passe à coté. Pire, je ne comprends pas. Qu’est-ce que cette mystérieuse chose moitié mécanique, moitié organique en forme de théière qui se retrouve abandonnée venant d’on ne sait où et qu’un jeune homme recueille alors qu’il est plus enclin à ramasser des capsules ? Où l’auteur veut-il en venir ? Je suis frustré. Et quand je suis frustré je vais prendre l’air. Après tout, c’est sûrement moi qui n’est tout simplement rien ressenti cette fois. Tant pis. Parfois le moment est mal choisi pour qu’un livre vous parle. J’y reviens donc le soir même, intrigué, cherchant à comprendre.

Michael-Yezerski-The-Lost-Thing-5

Les dessins sont tous gris, dans ce monde mécanique et trop organisé, tout est quadrillé, surveillé, encadré, dirigé, rien ne sort des cases, les vêtements sont gris, les fronts longs et étirés des personnages sont gris, les bâtiments de la grande ville sont gris. Impersonnel. Tuant toute envie de rêver. Les panneaux donnent des ordres et interdictions, la censure n’est jamais loin Et voilà cette théière couleur rouille sur la plage. Seul le jeune homme semble la voir. Tout le monde vit sa vie sans se préoccupé de l’extraordinaire qui fait qu’une vie vaut la peine d’être vécue. Quand on vieillit, on ne voit plus tout cela, le narrateur le dit lui-même.

Je pense encore de temps en temps à cette chose perdue. Surtout quand j’aperçois du coin de l’œil quelque chose qui ne colle pas. Vous savez, quelque chose à l’air bizarre, à la fois triste et un peu perdu. Toutefois j’en vois de moins en moins ces derniers temps.

Peut-être n’y en a-t-il plus beaucoup.

A moins que j’aie cessé de les remarquer.

Trop occupé à autre chose, j’imagine.

lost-thing4

Ces derniers mots éclairent tout… Moi-même je n’avais pas vu le sens de l’histoire qui me semblait bien insignifiante, mais finalement au combien importante. Je m’attendais à trouver quelque chose qui me sauterait aux yeux, quelque chose de simple et je n’ai pas su dans un premier temps m’émerveiller dans l’histoire de ce jeune homme qui est le seul à voir et à accepter ce qui sort de l’ordinaire, à encore ouvrir les yeux au merveilleux quand au fur et à mesure que notre quotidien nous enveloppe dans une chape grise et froide nous oublions le merveilleux qui est autour de nous !

Shaun Tan est bien loin d’une histoire mièvre. La chose n’est pas belle à mes yeux, peut-être aussi pour cela elle ne m’a pas touchée !

A la fin de l’édition, un DVD… La chose perdue est devenu un court métrage. Avec ma nouvelle clef de lecture je le regarde avec émerveillement, mon dieu que l’univers de l’artiste est riche et varié, et que c’est bon quand la lumière vient… Je m’en veux encore un peu (beaucoup ?) de ne pas avoir compris du premier coup !

Ci-dessous le trailer du court métrage, qui vaut le coup d’être vu. Je pourrais vous dire d’aller le voir en entier sur YouTube ou un autre, mais ce serait tirer une balle dans le pied de mes amis libraires qui seraient si heureux de vous procurer ce très bel album qui invite à réfléchir… D’ailleurs, dans les images de cette chronique, je pense avoir mélanger des images du court métrage, et des images de l’album. Qu’importe, elles sont toutes de Shaun Tan…

Le site internet du projet : http://www.thelostthing.com/

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « La chose perdue », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Une réflexion sur “La chose perdue

  1. Pingback: La bulle | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s