L’arabe du futur – #2

L'arabe du futur 2 - Couv

Par Riad Sattouf

Ce livre raconte l’histoire vraie d’un écolier blond dans la Syrie d’Hafez Al-Assad.

L'arabe du futur - Riad Sattouf - Tome 2 - Page 7

L’arabe du futur – Riad Sattouf – Tome 2 – Page 7

La fin du premier opus (chronique à découvrir ici) m’avait donné une farouche envie de découvrir la suite de l’histoire de cet enfant blond plongé dans un pays où il est étranger par sa mère. Revoilà donc Riad, fils du Doktor Al-Sattouf perdu dans l’univers rose de la Syrie. Sa mère est toujours enfermée dans la maison, osant à peine sortir, ne parlant pas arabe et ayant donc peu de contact avec les autres femmes, ayant les plus grandes difficultés à comprendre les moeurs et coutumes du pays que son mari défend becs et ongles dans une magnifique entreprise de déni qui fait de sa terre natale un paradis sur terre où tout s’achète même si c’est interdit par le sacré. L’enfant blond tente de trouver sa place sur les bancs de l’école, poussé par son père qui tient à faire de lui un homme intelligent, un modèle, qui montrera au monde que la Syrie est un grand pays. Sa trop visible différence rend les amitiés difficiles En classe. Les cours de récréation deviennent parfois des rings dans lesquels le blond est traîné et traité de juif dans une haine d’Israël.

L'arabe du futur - Riad Sattouf - Tome 2 - Page 18

L’arabe du futur – Riad Sattouf – Tome 2 – Page 18

Le père tente d’obtenir les largesses de cousins, frères, amis d’ongles bien placés qui pourraient l’amener à se faire un nom et à bâtir son rêve. Sa villa. Il est aveugle à la souffrance de sa femme qui ne parvient pas à se sentir chez elle et ne sera jamais bienvenue.

Un très court passage en France fait découvrir à Riad l’opulence des galeries Lafayettes ou tout est à portée de porte-monnaie, où tout brille et donne envie. La Syrie semble bel et bien coupée de ce monde là, recroquevillée sur elle-même pour ne pas avoir à reconnaître qu’elle est loin d’être l’idéal prétendu. Mais qui peut s’en plaindre puisque nul ne sait comment l’on vit autre part ?
Bien évidemment Riad Sattouf, ayant choisi de vivre en France, est très critique vis à vis du régime d’Al-Assad. Peu de points positifs sinon dans la bouche mal assurée de la mère qui rassure ses parents ou dans celle peu objective d’un père convaincu de la supériorité arabe, presque lobotomisé. N’attendez pas un contrepoids qui viendrait éclaircir cet image sombre et critique de la Syrie d’alors, il n’y en a pas. Choix de l’auteur ou réalité qu’il n’y a rien de positif à vivre là-bas ? Je m’interroge. La construction de la personnalité de Riad est compliquée alors qu’on lui demande de lire ou faire sans jamais chercher à comprendre et que chacun fait semblant d’être heureux sans oser dire, on ne sait jamais. Dans les dessins, ses pensées sont de petits commentaires qui s’invitent entre les phylactères…

L'arabe du futur - Riad Sattouf - Tome 2 - Page 91

L’arabe du futur – Riad Sattouf – Tome 2 – Page 91

L’autobiographie ne se déroule pas dans un régime policier et répressif tel que nous pourrions imaginer une dictature. Chacun fait respecter la loi convaincu de sa justesse. Les hommes sont respectés s’ils suivent les préceptes de la charî’a qui encense celui qui va avoir tué sa fille parce qu’elle sera enceinte hors mariage.

– Demain, il se passe un grand événement dans notre pays ! Il y a une élection présidentielle ! Ça veut dire qu’on doit tous dire « oui » à notre président Hafez Al-Assad ! C’est un dialogue entre nous, le peuple, et notre président.
Depuis son coup d’état en 1970, Hafez Al-Assad organisait des élections tous les sept ans.
– La Syrie est, avec l’URSS, l’un des états les plus évolués du monde. C’est l’un des seuls pays à demander son avis au peuple. C’est aussi la preuve de la grande modestie de notre président.

Alors nous pouvons bien sûr regretter l’absence de droit de réponse mais cette « jeunesse au Moyen-Orient » de Riad Sattouf est un témoignage dérangeant, poignant et qui nous interroge, à nous d’aller voir plus loin si nous voulions avoir un peu plus d’objectivité.

Et c’est bien comme ça… vous avez entre les mains une bande dessinées loin d’être légère qui traite d’un sujet complexe (qui pourrait intéresser fort peu de monde), mais le talent de l’auteur nous prend par la main et nous invite à suivre ses pas !

Sauf que la dernière page s’épingle d’un…

L'arabe du futur 2 - Planche4

😦

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « L’arabe du futur 2 », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

3 réflexions sur “L’arabe du futur – #2

  1. Après avoir lu les deux premiers tomes de l’Arabe du Futur, je trouve que, malgré le fait qu’ils racontent des faits datant d’il y a trente ans, il est tristement d’actualité…

  2. Pingback: Les cahiers d’Esther – Histoires de mes 10 ans | Le Quatrième de Couverture

  3. Pingback: L’arabe du futur – #3 | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s