L’homme montagne

L'homme Montagne - Couv

Par Séverine Gauthier et Amélie Fléchais

Grand-père et l’enfant aiment voyager. Ensemble ils ont parcouru le monde. Mais grand-père ne peut plus avancer, les montagnes qui ont poussé sur son dos tout au long de sa vie sont devenues trop lourdes aujourd’hui.
Même le vent ne peut plus le porter.
Alors l’enfant ira chercher le vent le plus puissant, celui qui peut soulever les montagnes. Ainsi commencera pour lui le plus grand des voyages.

Coup de cœur du moment.

Dans une vie il arrive toujours un moment où nous nous trouvons face à la perte d’un être cher. Un membre de la famille qui comptait beaucoup et avait accompagné nos pas. Parfois compliqué à comprendre pour un enfant. Le deuil n’est pas trivial.

L'homme Montagne - Amélie Fléchais - Page 3

L’homme Montagne – Amélie Fléchais – Page 3

L’enfant de Séverine Gauthier part sur la plus haute montagne chercher le vent qui pourra aider son grand-père à voyager à nouveau avec lui. Il ne peut se résoudre à ce qu’ils ne puissent plus partir ensemble. C’est son premier voyage seul. Il croisera un arbre qui lui parlera de ses racines, des cailloux qui jouissent de chaque instant de leur vie, dévalant les montagnes, des bouquetins qui lui font comprendre que seul on n’arrive à rien, et enfin le vent. Terrifiant. Qui vient souffler sur la montagne du grand-père. Mais c’est trop tard.

L'homme montagne - Amélie Fléchais - Page 23

L’homme montagne – Amélie Fléchais – Page 23

Avec des mots lumineux et tendres Séverine Gauthier nous entraîne dans une quête légère à la suite des questions que l’enfant se pose au fur et à mesure qu’il grandit et découvre ce qu’est la vie.
Parti chercher un vent salvateur, l’enfant reviendra avec des questions, et quelques réponses qui le porteront dans sa vie, avec lesquelles il va grandir.

Le dessin d’Amélie Fléchais est fait pour les curieux. Lumineux lui aussi, presque fantastique, chaque page est empreinte de jolies couleurs poétiques. Des oiseaux qui pourraient être de papiers traversent les pages, en bande. Les personnages qu’ils soient humains ou non sont attachants.

Je n’en dis pas plus, ce serait trop… Allez le découvrir chez votre libraire.

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « L’homme montagne », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

3 réflexions sur “L’homme montagne

  1. Pingback: Aliénor Mandragore – #1 – Merlin est mort, vive Merlin – #2 – Trompe-la-mort | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s