Alcoolique

KM_C224e-20150813152956

Par Jonathan Ames & Dean Haspiel

Quand Jonathan A. se retrouve à l’arrière d’une voiture avec une vieille naine qui en a après son caleçon, il prend conscience qu’il a peut-être un problème avec l’alcool. Sa première cuite l’avait pourtant initié à l’éphémère magie de la bière : une potion magique qui rend plus beau, plus cool… mais qui le laisse sur le carreau. Un avertissement qui ne l’a pas empêché de mener une double vie : premier de la classe la semaine, dernier des alcoolos le week-end. Sa vie sexuelle est tout aussi erratique, mettant à mal une amitié qu’il croyait indestructible. Puis surviennent les drames, et c’est désormais l’oubli que Jonathan cherche dans les ivresses : celle de l’alcool, bien sûr, mais aussi celles de l’amour et du manque. Des plages idylliques des îles Grenadines aux caniveaux du Brooklyn en passant par un séjour merdique dans le Sud de la France, Alcoolique est le récit triste et tendre d’un homme à la recherche de lui-même.

Jonathan Ames est un romancier, essayiste et scénariste américain à qui l’on doit de nombreux romans et séries télévisées.

Alcoolique-Planche 2

Bon, voilà, j’ai fait une introduction sérieuse et chiante wikipediesque… Comment pouviez-vous imaginer un seul instant que je passe à coté de cette bande dessinée de la maison d’édition Monsieur Toussaint Louverture ? Impossible ! L’excellente finition de l’ouvrage n’y est pas pour rien, que ce soit le papier, la reliure, la couverture, tout est superbe et très agréable, jusque dans les moindres détails (allez voir de près le code barre…) Le façonnage de cet ouvrage en fait un superbe objet ! Une vraie réussite dans la forme.

Parlons du fond… Bret Easton Ellis dit cela de cet ouvrage :

« Jonathan Ames signe ici un roman graphique à vous retourner les tripes, drôle et superbement illustré. Son humanité, sa compassion brute et son absolue innocence sont, comme d’habitude, captivantes. Avec un humour impitoyable et terrible, il est, à sa façon, l’un de ces rares auteurs qui arrivent à faire penser au lecteur : “Non, je ne suis pas seul.” »  
— Bret Easton Ellis

Si Bret Easton Ellis recommande ce récit graphique alors il y a peu de chance que celui-ci ne me plaise. On va parler d’alcool (enfin, c’est ce qu’en dit le titre), de sexe et de drogue ! Youhou ! Jonathan A. est un alter ego de l’auteur, un peu comme Marc Maronnier est un double de Beigbeder qui ne doit sûrement pas renier ce roman graphique narcissique qui nous entraîne sur des chemins sombres où l’on ne marche plus tellement droit. Avec l’âge on prend de la bouteille, Jonathan A. n’a pas attendu l’âge pour prendre les bouteilles. 16 ans. Première bière. Première cuite. Loin d’être la dernière. Parce que dès qu’une bouteille pointe son goulot, il ne peut s’empêcher de s’en saisir. Cela le menant à des situations qu’il ne maîtrise plus.

Alcoolique-Planche 3

Point de départ du roman : Jonathan A. est dans une voiture qui semble fort à un lieu d’habitation. Il se réveille avec mal aux cheveux, une petite vieille en veut à son sexe juif et circoncis. L’arrivée de deux flics le sauve de cette position délicate, il s’enfuit et s’enterre. Il n’a su faire que cela de sa vie, fuir… La bande dessinée est un long monologue expiatoire de Jonathan A. qui, ensablé, relit sa vie sans s’apitoyer, comment l’alcool en a pris contrôle, a rendu ses amours tristes, lui a fait perdre jusqu’à son meilleur ami. L’alcool comme son unique refuge. Les cures n’y font rien. Sa vie sentimentale n’est que rêvée, fugace, comme sa vie sexuelle. Il glisse sur sa vie et aime à se moquer de lui-même, sans complexes. Il connait les conséquences de cette vie débauchée. Il se déteste pour ne pas savoir résister à l’appel de l’alcool.

L’auteur casse toute idée préconçue sur l’alcoolisme. Il joue avec brio des retours en arrière racontés par le narrateur qui remonte au fil des pages sa vie pour arriver sous ce ponton. Le ton est sincère est tendre. Jonathan A. se confie à nous, lecteur, sans chercher à se montrer mieux qu’il n’est. Exercice d’introspection particulièrement réussi qui ne nous ennuie pas un instant. La narration est rythmée et ne nous laisse pas un seul instant de répit. L’alcool est le fil rouge du récit d’une vie, de l’adolescence à la quarantaine, d’un écrivain qui se cherche et tâtonne pour inventer sa vie. Mais il n’est pas la seule addiction. Jonathan A. les collectionne. Drogue, sexe, débauche. L’auteur parle de ce livre comme d’une oeuvre de fiction où tout est vrai. Entre vie romancée, souvenirs embrumés et moments de réflexion sur sa propre existence, il nous entraîne dans son intimité sans pudeur.

Alcoolique-Planche 4

Dean Haspiel signe le dessin de ce roman graphique et accompagne à merveille les doutes et troubles du narrateur. Tout en noir, gris et blanc les cases se tordent, les dessins se répondent et se superposent sur certaines pages quand d’autres sont étonnamment strictes. Le dessinateur soigne ses décors dans les moindres détails. Les visages des personnages vieillissent, changent, se rident. Ils vivent. Les images, comme les mots, sonnent particulièrement juste. Haspiel donne corps à ce récit intimiste et triste sans pathos avec un réalisme bluffant !

Alcoolique-Planche 1

Jonathan A. ne cesse de tomber et se relève tout le temps. N’hésitez pas à oser ce roman graphique dont le ton m’a particulièrement surpris par sa franchise et son humour !

Vous en reprendrez bien un peu ? C’est à consommer sans modération !

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Alcoolique », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s