Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Bufallo Bill

Ma maman Couv

Par Jean Regnaud & Emile Bravo

Cher Jean.

Tout va bien ! Aujourd’hui, je suis en Espagne. Il fait très chaud ! Les femmes jouent des castagnettes et les hommes font de la corrida. Hier, j’ai mangé une très bonne paella avec des écrevisses. Après, je me suis baignée dans la mer. Elle était chaude et douce. Je t’embrasse.

Maman

Un nouvel Emile Bravo que j’avais lu il y a très longtemps et particulièrement apprécié par la façon des deux auteurs d’aborder un thème compliqué, avec simplicité. Je peux difficilement en dire plus sans dévoiler toute l’intrigue, et comme je ne suis pas un spoiler, je vais m’en tenir là…

Ma Maman P9

Ma maman – Emile Bravo – Page 9

Jean entre à la grande école. Il rêve d’une maîtresse belle et gentille comme il a pu l’imaginer. Pas de chance, la maîtresse est croulante et en fin de course, pas vraiment le dernier modèle, plutôt de celles que les parents ont eux aussi pu avoir sur les bancs de l’école. il est plutôt fier, Jean, d’entrer à la grande école, même s’il n’y connait personne. Paul le petit frère est encore à la petite. En guise de présentation la vieille dame, qui s’appelle madame Moinot (il semble que le madame soit important), demande à chacun de se présenter, nom, prénom et profession des parents. Jean a une bouffée d’angoisse, pas de souci pour dire son nom, bien sûr, ni la profession de son père (« il est patron. Et apparemment, patron, c’est un chouette boulot pour avoir plein de soucis« ), mais voilà, ça fait si longtemps qu’il n’a pas vu maman, qui est en voyage, que son métier il ne se s’en souvient même plus. Pour éviter les questions, Jean a sa réponse toute prête : secrétaire.

Ma Maman P14

Ma maman – Emile Bravo – Page 14

A la maison, c’est Yvette qui s’occupe des enfants. Yvette se n’est pas leur maman, elle n’aime pas quand ils l’appellent ainsi. C’est la gouvernante. Elle s’occupe de tout. Papa rentre tard du travail, il a peu de temps pour s’occuper de ses enfants et semble très strict, mieux vaut ne pas lui chercher des noises. Jean a peu d’amis, la petite voisine, Michèle qui est plus âgée et le fait bien savoir et lui lit les cartes postales que lui envoie sa mère. Un secret entre eux.

Ma Maman P33

Ma maman – Emile Bravo – Page 33

Il rencontre aussi Alain à l’école. Lui non plus ne connait personne qui a un papa et une maman qui n’est pas en voyage.

L’histoire est autobiographique puisque l’album reprend quelques mois de l’enfance de Jean Regnaud. Il y a un peu du Petit Nicolas de Sempé et Goscinny dans cette bande dessinée où, la plupart du temps, c’est gens qui raconte. Enfin, qui raconte, le mot est peut-être un peu fort. Il s’invente gentiment des histoires plus qu’il ne raconte vraiment ce qu’il vit. Les auteurs mettent l’accent sur l’exceptionnelle capacité des enfants à vivre dans un imaginaire qui n’appartient qu’à eux, à trouver des explications, parfois farfelues, pour tout (« Et ta maman elle fait quoi ? – Elle est secrétaire. – Mais, tu ne m’as pas dit qu’elle était en voyage ? – Oui, elle est secrétaire en voyage.« ). Cela fait que cette bande dessinée en est une sans l’être tout à fait.

Textes et dessins se mélangent et se complètent. Parfois le dessin apporte aux bulles, parfois les textes sont des dessins, parfois le dessin se rit du texte. Emile Bravo fait des dessins simples, ronds, aux couleurs des années 70, les fonds des pages ne sont pas blancs mais écrus, bleus, rouges, vert selon le chapitre.

Cette bande dessinée est un délice. A qui s’adresse-t-elle vraiment ? Faut-il la mettre entre les mains de nos charmantes têtes blondes ? Certainement, même s’ils seront sûrement un peu surpris par la forme, leur imagination comblera certainement ce que les auteurs laissent sous silence…

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Bufallo Bill », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Une réflexion sur “Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Bufallo Bill

  1. Pingback: Le jardin d’Emile Bravo | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s