Mort au tsar – #2 – Le terroriste

mort-au-tsar-tome-2-le-terroriste

Par Fabien Nury & Thierry Robin

Les crimes du gouverneur ne sont que des pécadilles. C’est un chérubin comparé à son neveu le tsar. Et Moscou est un paradis comparé à la capitale.

Peu importe. Le gouverneur doit mourir. La raison est simple et indépendante de lui.

Je n’ai rien d’autre à faire.

Journal de Georgi. 4 décembre 1904.
Une plaisanterie, une triste blague. Toujours la même. Il faut que je l’écrive pour arrêter d’y penser.
C’est l’histoire d’un condamné à mort, qui attend dans sa cellule. Il a vu la potence et il sait qu’il sera pendu.
A travers les barreaux, il voit le ciel, les oiseaux, la vie. Il rêve . Il imagine les saisons, les gens, le mouvement… Il compte les jours, en regardant le temps à travers les barreaux. Même la pluie lui paraît un miracle…
… Et un jour, il s’évade. Un peu d’aide de l’extérieur, une grille ouverte, un garde à étrangler… Sans même avoir le temps d’y réfléchir, il est dehors.
Libre ! Vivant !
Le condamné à mort erre dans les rues, regarde partout… Il voudrait parler aux gens, partager son bonheur avec eux, mais comment ? Ils le trouvent étrange, louche.
Alors il se tait. Il erre plus loin dans les rues, retourne sur les lieux qu’il s’est imaginé… Et ne retrouve jamais les images qu’il se faisait dans sa tête, à travers les barreaux de sa cellule.
Puis vient le temps de la planque. Il est recherché, tout de même. Des camarades lui rendent visite. Il réclame une mission, un but. Mais on a peur pour lui. On lui dit que ça reviendra, qu’il reprendra du service. Rien ne vient. Il reste cloîtré. L’absurdité de la situation lui saute aux yeux. Il est vivant, il peut sortir ! Il prend des risques, met le nez dehors… La pluie le trempe et lui colle un rhume. Retour à la planque.
Le condamné à mort découvre un sentiment qu’il n’aurait jamais cru possible : il s’ennuie. Combien de temps encore, à attendre ? Il ne sait pas. Il vit, mais pour quoi faire ? Il ne sait pas…
A la fin, il se pend.

Mort au tsar #2 - Thierry Robin - Page 8

Mort au tsar #2 – Thierry Robin – Page 8

Le terroriste prend le relais du gouverneur dans cette suite de Mort au Tsar (le premier tome, c’est par ici). En fait de suite, il s’agit plutôt d’un album miroir du premier que nous propose le scénariste Fabien Nury en compagnie de Thierry Robin. Ce second opus pourrait être considéré comme le droit de réponse de Georgi, le terroriste, au gouverneur Serguei Alessandrovitch, sa cible. Si les planches s’intéressent à l’organisation de la cellule terroriste qui vise à faire vaciller le tsar de Russie en s’attaquant à son oncle, c’est surtout la personnalité de son chef qui est au centre de tout. Froid, calculateur, homme à femme et sans pitié. Tout le contraire du gouverneur, pleutre et empli de doute, aimant à se faire sodomiser et prenant pitié pour ceux qu’il a, sur un malentendu, fait abattre.

Toute l’histoire se déroule à nouveau d’une case à l’autre. Inexorable. Le gouverneur doit mourir, même si on ne sait plus bien pourquoi. Mais l’a-t-on jamais su ? Il n’est plus qu’une cible, exit les dorures des palais et les contre-plongées écrasantes. Les rues sont sombres, les appartements glauques, la discrétion est de rigueur pour survivre. La cause est grande, Georgi la sert sans retenue, même lorsque ses financeurs lui intiment l’ordre de cesser cette chasse à l’homme ridicule.

Mort au tsar #2 - Thierry Robin - Page 12

Mort au tsar #2 – Thierry Robin – Page 12

L’effet miroir est saisissant. Certaines planches se retrouvent dans les deux albums, seul l’angle diffère et les phylactères qui s’attachent aux pensées de cet homme à la personnalité insaisissable. Le rythme de la narration nous entraîne dans une spirale dont la fin est prévisible, entre actes manqués et échecs. La mise en scène et les dessins assurés par Thierry Robin sont, à nouveau bruts, coupés au couteau sont fascinants. Les cases explosent, se superposent et nous offre une véritable oeuvre d’art à couper le souffle malgré des couleurs que l’on aurait aimé parfois plus vives.

Un second album qui clôt en beauté ce one-shot découpé en deux tomes (mais qui pourraient fort bien être un jour réunis), un point de vue étonnant et agréable, une superbe découverte, Fabien Nury est encore une fois bluffant !

Mort au Tsar #2 - Thierry Robin - Page 52

Mort au Tsar #2 – Thierry Robin – Page 52

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Mort au Tsar – #2 – Le terroriste », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

2 réflexions sur “Mort au tsar – #2 – Le terroriste

  1. Je n’ai lu que le premier volume parce que je n’ai pas trouvé le deuxième en bibliothèque. J’avais beaucoup aimé le récit et les dessins, sombres, bruts, à l’image du contexte. J’aime l’idée de faire correspondre certaines planches de ce volume à celles du premier. Si j’ai l’occasion de le lire je le ferais avec plaisir.

    • Ah ça oui… C’est une idée super intéressante que ces deux histoires qui se répondent ! Si tu as moyen de trouver ce second tome, n’hésite pas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s