Lands of Promise

Lands of Promise

Par Clarisse Cervoni, illustré par Henri Winter

Dans un contexte de guerres de religion au XVIIe siècle, les jeunes catholiques anglo-saxons sont contraints de fuir leur pays.

Charles, Daniel et John Carroll viennent étudier à Saint-Omer, devenue terre d’asile, avant de repartir pour le Maryland où chacun d’eux va s’illustrer par la défense de la liberté de culte et devenir père fondateur de la nation américaine…

Un livre objet bilingue (français – anglais) qui permet de découvrir un pan de l’histoire sous un autre jour : en croisant l’histoire locale avec celle des courants religieux et de la naissance des États-Unis.

Clarisse Cervoni est étudiante, à Lille. Dans le cadre de sa formation, la communauté d’agglomération de Saint-Omer lui propose d’écrire le texte que j’ai sous les yeux. La rencontre avec la petite et qualitative maison d’édition « Les Venterniers », établie elle aussi à Saint-Omer va donner naissance à ce beau projet. Il m’est rare d’ouvrir des livres d’histoire avec autant de curiosité. D’autant plus rare de les refermer avec l’envie de me replonger dans leurs illustrations.

Imaginez un instant : trois petits fils d’immigrés catholiques irlandais traversent l’océan pour recevoir une éducation; en France, dans le prestigieux collège des Jésuites anglais de Saint-Omer, ville qui comptait au XVIIIe siècle plus d’élèves américains qu’Oxford et Cambridge réunis. De retour au Maryland, les trois hommes désormais accomplis mettent leurs compétences et leur dévotion au service de la nation américaine naissante.

Celui-ci échappe à la règle. Peut-être parce qu’il parle d’une ville qui m’est chère ? Peut-être parce que le livre est superbe ? Peut-être parce que l’histoire qui s’est nouée entre les rues audomaroises et le Maryland est touchante ? Peut-être un peu tout cela ? Qui sait ? Dans ce livre, vous rencontrerez un signataire de la déclaration d’indépendance des Etats-Unis (le seul qui était catholique d’ailleurs) ; le premier évêque catholique des Etats-Unis et un homme politique américain. Ce qui les réunit ? Une famille, les Caroll, et une ville dans laquelle ils ont étudiés au sein du collège des Jésuites anglais.

Le destin d’une ville, que l’on pourrait considérer, à tort, comme insignifiante de par sa taille, aujourd’hui, tient finalement à peu de chose. Celui de Saint-Omer est impressionnant de richesses. Pas une rue sans que vous croisiez un grand personnage, des pierres majestueuses qui vous rappelle un passé glorieux qui rayonne encore d’actualité, une anecdote truculente qui nous parle d’une ville bien plus cosmopolite qu’il n’y parait.

Le texte de Clarisse Cervoni ne manque pas de rappeler cela, avec parfois un peu de grandiloquence, mais il n’y a pas de raisons à ne pas se réjouir d’avoir vu dans ses rues d’illustres hommes et femmes. Charles, Daniel et John Caroll, chacun à leur façon, imprégneront la construction des Etats-Unis d’une humanité cultivée sur les bancs des écoles de la Compagnie de Jésus. Cette école avait la chance, à cette époque, d’être sise à Saint-Omer (ou l’inverse ?) Le bâtiment est impose encore ses façades dans la rue Saint-Bertin. Un autre collège jésuite, wallon, n’était pas très loin, il est aujourd’hui devenu lycée et bibliothèque, alors que sa gigantesque chapelle au fronton de brique rouge vous fait risquer le torticolis dans la rue du Lycée. L’auteur nous entraîne dans l’histoire de ces lieux et de ces hommes ivres de liberté.

Les illustrations, noires et blanches, d’Henri Winter (tiens, encore un élève de Saint-Omer !), comme quelques traits de crayons sont simples et magnifiques. L’ensemble est vivant et donne envie de sortir dans la rue rencontrer cette architecture, ces enfants le long du marais défiant un héron à la course, cette chapelle qui enfonce loin ses racines, ou ces livres qui volètent dans une salle patrimoniale aux allures Harry-Potteresque (n’en déplaise à Rémy…)

Lands of Promise - From Saint-Omer to Maryland - Clarisse Cervoni & Henri Winter - Page 69

Lands of Promise – From Saint-Omer to Maryland – Clarisse Cervoni & Henri Winter – Page 69

Par le destin de ces trois hommes, Saint-Omer devient le terreau d’une humanité qui les aura poussés à s’illustrer dans la défense des libertés, si chéries aujourd’hui. A la suite de ces trois hommes, perdez-vous dans les ruelles pavées et accueillante d’une petite cité qui ne cessera de m’étonner.

Le site de la maison d’édition « Les Venterniers » : http://www.lesventerniers.com (à découvrir absolument !)

Le site du pays d’art et d’histoire de Saint-Omer : http://www.patrimoines-saint-omer.fr (je me répète ou pas ?)

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Lands of Promise », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s