Je suis né aujourd’hui au lever du jour

9782266158657

Par Jorge Bucay

« Les contes aident les enfants à s’endormir et les adultes à s’éveiller. »
Au prix de prouesses incroyables et d’une extraordinaire ingéniosité, Pancho a réchappé à l’incendie de sa maison et sauvé son petit frère. « Comment un garçonnet de six ans a-t-il pu réaliser un tel exploit ? » s’émerveille le voisinage. C’est le vieux capitaine des pompiers, accouru sur les lieux, qui leur apporte la réponse : « Pancho était seul… Il n’y avait personne pour lui dire qu’il n’y arriverait jamais. »
Les histoires de Jorge Bucay se lisent d’une traite et se méditent indéfiniment. Car derrière leur apparente simplicité, toutes renferment un trésor de sagesse. A chacun de le découvrir…

De Jorge Bucay, je garde en mémoire l’étonnant « Laisse moi te raconter les chemins de la vie », un voyage dans l’analyse de Demian en compagnie d’un docteur étonnant qui se plaît à répondre aux questionnements de l’adolescent par des contes courts et simples qui nous entraînent plus loin qu’à la surface des lettres (un chronique ici).

L’auteur récidive mais cette fois ci sans le côté romancé. Il ne se contente pas non plus uniquement de nous livrer des contes, il se fait poète, il nous invite à la méditation sur les chemins. Chaque texte pourra vous parler, plus ou moins selon votre état d’esprit ou vos expériences… Certains m’ont, à moi, semblés trop longs. Et pourtant toujours bien écrits, dénonçant une part de nous mêmes que nous aimerions ne pas savoir exister et pourtant avec laquelle il faut composer.

Tout comme « Laisse moi te raconter… », je suis né aujourd’hui au lever du jour n’a pas pour but d’être lu d’une traite. Prenez le temps et savourer. Arrêtez vous à la fin des chapitres, prenez une grande inspiration et laissez résonner les mots en vous…

Je suis né aujourd’hui au lever du jour
     j’ai vécu mon enfance ce matin
        et sur le coup de midi
            vivais déjà mon adolescence.
                 Ce n’est pas que cela m’effraye
                      que le temps passe si vite.
                          Je m’inquiète juste un peu
                                à la pensée que demain
                                     je serai peut-être
                                         trop vieux
                                              pour faire ce que j’ai laissé en suspens.

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Je suis né aujourd’hui au lever du jour », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s