Totalitaire – la présidente #2

la-presidente-2

Par François Durpaire et Farid Boudjellal

Printemps 2022

Après un quinquennat de gouvernement « bleu marine », la présidente prépare sa réélection.

Le pays est plus divisé que jamais. La France FN défend son bilan : préférence nationale et protectionnisme, pouvoir sécuritaire et surveillance numérique. La résistance s’organise autour d’un candidat surprise. Le terrorisme rôde. Marion Maréchal-Le Pen s’oppose à sa tante. Soudain les événements s’accélèrent…

Cette bande dessinée d’un genre nouveau -la science-fiction civique- s’appuie sur une fine connaissance du FN et de la famille Le Pen. La France de 2022 sera-t-elle totalitaire ?

Il est encore temps d’éviter le pire…

« Tout bagage abandonné sera détruit. Merci de votre vigilance ». Je sors du train et le chef de bord assène cela en guise d’au revoir. « Vigilance. » « Pour votre sécurité. » « Surveillance. » Les mots ne manquent pas dans les hauts parleurs publics.

Le premier tome de La Présidente (chroniqué ici) relatait les cent premiers jours de Marine Le Pen élue présidente de la République face à un Hollande en pleine déconfiture. Cent jours glaçants, analysés par quelques spécialistes des thématiques abordées. L’album fut un vif succès en 2015 ! Je ne m’attendais pas à une suite, même si celle-ci était envisageable, il y a tant à imaginer…

Le quinquennat a passé et Le Pen entend faire déferler une nouvelle vague bleue marine sur la France et se faire réélire pour poursuivre son programme autoritaire épicé de préférence nationale, de reconduite aux frontières, de centres de rétention des migrants ou d’un retour aux valeurs catholiques qui condamnent le mariage homosexuel… Gerbant (excusez le terme, je n’ai pas trouvé mieux.)

Durpaire et Boudjellal avaient prévu dans le premier opus un certain nombre de faits qui ont eu lieu. Le brexit ou l’état d’urgence consécutif aux attentats par exemple. Dans celui ci, en 2016, Clinton est élue face à Trump, elle ne fera qu’un mandat, victime de scandales et de magouilles, et le milliardaire prendra sa revanche. Poutine est toujours là. Le brexit est un échec. Les caméras de surveillance se multiplient. La délation est enseignée à l’école.

L’extrême droite dure (si si ça existe) est aux aguets en la personne de Marion Maréchal le Pen. La famille qui prône l’importance de l’unité familiale est maîtresse dans l’art de la trahison.

Les auteurs nous entraînent dans une oeuvre de politique fiction d’anticipation sombre et violente. Qui voudrait de ce pays ? Rien ne va mieux mais au moins, comme le dit un bon citoyen français, « maintenant on sait où nos impôts ne vont pas ». Il ne sait sûrement pas où ils vont non plus mais cela semble moins le préoccuper alors qu’il est toujours au chômage. Pire encore, Jean-Pierre Foucault est encore en vie et en odeur de sainteté chez TF1 pour présenter miss France 2022 (miss Hauts de France, la première dauphine est miss Martinique, désolé pour le suspense de votre soirée). Pujadas n’a pas pris une ride ni un centimètre et compte toujours les points dans les débats présidentiels. En revanche on ne sait rien de Michel Drucker de ses canapés et de ses chiens… trop a gauche ?

Le monde politique ne m’a jamais autant déçu qu’en ce moment. La France s’intéresse à des primaires à droite et à gauche sensées faire émerger les deux hommes ou femmes que chaque bord espère au second tour, comme un nouveau niveau de démocratie, le tour 0… cela risque de dissuader encore certains de voter au premier tour. Tous se tirent dans les jambes espérant faire tomber l’ami d’avant à qui l’on ne veut pas non plus faire trop mal ; parce qu’on ne bouderait pas une place au gouvernement du vainqueur. Tous pronostiquent la chute de l’actuel locataire de l’Elysée torpillant un bilan compliqué à défendre. Le Pen ne dit rien, elle laisse les coqs se fatiguer tout seul.

De l’autre côté de l’Atlantique je me demande bien si, réellement, l’un et l’autre des candidats se préoccupent des américains qu’ils envisagent de gouverner.

La politique a oublié qui elle servait et j’en viens à désespérer que l’un ou l’autre de ceux qui montent à la tribune avide de pouvoir et d’acclamation puisse seulement changer quelque chose à cela. Alors le Pen en 2017 ? Je n’en veux pas. Un autre ? Pas plus… je vais peut-être aller vivre dans l’Uruguay de Jose Mujica finalement.

Boudjellal et Durpaire poursuivent leur anticipation, implacablement et je souhaite de toutes mes forces qu’ils se trompent et que les faits fassent mentir leur scénario. Il semble malheureusement trop probable, le FN surfant sur les lois de l’état d’urgence signées par Vals qu’elle met en application, s’abritant derrière le fait qu’elle ne fait finalement qu’appliquer ce que d’autres, à gauche en plus, ont promulgué. Mais Marine n’est pas la pire, une nouvelle dynastie française est en train de naître, nauséabonde et malheureusement soutenue. Si je devais terminer en poussant un coup de gueule bien à gauche j’ai envie de dire « No Pasarán ». Mais cette chronique y changera-t-elle quelque chose alors que le paysage politique est si médiocre, nous finirons toujours pas élire le moins pire qui ne changera rien parce qu’après tout, pourquoi changer ?

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « Totalitaire – La présidente #2 », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités

Une réflexion sur “Totalitaire – la présidente #2

  1. Pingback: La vague – La présidente #3 | Le Quatrième de Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s