L’amour plus fort que l’amour

Par Frédéric Barrès

L’histoire, profondément ancrée dans le monde contemporain, met en lumière les relations chorales de jeunes gens qui portent haut leurs espérances malgré les griffes d’anciennes blessures. L’univers des libraires, les réseaux sociaux, les âmes passionnées et les esprits brûlés constituent l’essence de ce roman dans lequel la douceur se mêle à la force des sentiments et où la lumière n’en finit pas de renaître du désenchantement, voire des drames.

Après un séjour aux États-Unis, Camille revient en France. Jeune femme volontaire bien que fragile, elle s’installe en Provence et amorce sa carrière professionnelle. Elle renoue avec Thomas, son premier amour. Son existence prend une nouvelle dimension au contact d’hommes et de femmes attachants, quelquefois malhabiles mais toujours sincères. Dont l’énigmatique Léna qui bouleverse plusieurs vies. Que faire de son fardeau et de celui des autres ? L’amour est-il plus puissant que la peur quand elle tenaille le ventre ?

Camille revient des États-Unis où elle avait voulu recommencer sa vie. Une déception amoureuse la fait revenir en France, un gros nuage noir au dessus de la tête, peu réceptive aux gentillesses de ceux qu’elle croise. Elle rentre en France, en Provence, là où elle avait lâché un autre amant, Thomas. Quelque part, elle espère un peu le retrouver. Ou plutôt, elle sait qu’elle va le revoir ! Elle trouve un emploi auprès de Michel, propriétaire d’une librairie qui a pignon sur rue. Michel est un homme et un patron bienveillant, comme certainement il en existe trop peu, un ange-gardien qui prend Camille sous son aile et est persuadé du joyau qu’il vient de recruter. Camille commence à se reconstruire et aller de l’avant. Elle envisage la collocation, participe à un « speed dating » aux Arènes, un café bien connu de la ville, pour trouver celui ou celle qui partagera son appartement. Elle est Convoitée. Léna, jeune femme fragile et blessée, se présente. Le courant passe, Léna s’installe. Camille la prend à son tour sous son aile et la soutient, l’accompagne.

Évidemment, Camille retrouve Thomas. Thomas écrit, jeune auteur de la région, une espèce qui intéresse Michel qui tient à promouvoir la littérature locale dans ses rayonnages. L’idylle reprend, presque là où elle s’était arrêtée.

Entre poésie et roman, Frédéric Barrès s’enflamme parfois dans un style ampoulé, les phrases prenant des chemins dans lesquels on ne les attend pas, elles nous perdent parfois, comme la vie. Profondément positif, il s’attache au beau qui est dans chacun de ses personnages, malgré un sombre secret qui obscurcit parfois le regard de la jeune femme, sans que le lecteur sache bien de quoi il s’agit. L’ombre n’est jamais loin, elle semble parfois vouloir cacher la lumière qui prend pourtant souvent le dessus…

L’histoire de Camille et Léna, parfois obscurcie par le style trop emphatique du texte, qui n’enlève rien aux talents de conteur de l’auteur, nous invite à profiter de chaque instant, chaque rayon de soleil, et de chercher le bonheur dans les petites choses.

***

Cet avis n’est que le mien, sans prétention, si vous avez lu « L’amour plus fort que l’amour », n’hésitez pas à laisser quelques lignes de commentaires pour éclairer d’autres lecteurs…

Si cette chronique vous a plu, n’hésitez pas à « suivre » ce blog en indiquant simplement votre adresse e-mail ci-dessous (aucune création de compte nécessaire).

Publicités
Cette entrée a été taguée . Ajouter le permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s