À propos

La quatrième de couverture d’un livre est la page, avec la couverture en elle-même, qui doit nous donner envie d’aller plus loin et de repartir de la librairie avec le livre sous le bras.

Le plus souvent sa rédaction est assurée par l’éditeur. Elle peut intégrer des extraits de critiques de presse, de commentaires d’autres auteurs renommés (dans le cas de l’œuvre d’un auteur peu connu) ou une rapide présentation de l’auteur.

Il faut parfois avoir la main heureuse, la quatrième étant donc un outil marketing et commercial, il ne représente pas toujours les pages intérieures du livre. Qu’importe, tant que le client achète…

Un livre, une bande dessinée, ne doit pas rester à prendre la poussière dans les rayonnages d’une bibliothèque. Un livre vit, un livre se partage, se donne ou se prête. Lorsque je regarde les miens et que je dois en prêter un, ou en donner, je me fie souvent au quatrième de couverture, il me remémore un peu du livre. Ou aux premières lignes. Ou à quelques souvenirs un peu flous qui me restent pour trouver le livre qui pourrait correspondre à ce que je recherche, rapport à l’humeur ou la personnalité de l’ami à qui je souhaite le prêter ou l’offrir. Et je vous assure : ça ne marche pas toujours, j’admire les bons libraires !

A noter que je suis très bon public, il y a donc de fortes chances que je n’égratigne jamais (ou presque) un livre, car comme dit Pennac, je me réserve le droit de ne pas le terminer si je n’aime pas. Je montrerai donc plus ou moins d’enthousiasme… J’ai beaucoup de retard dans mes étagères à chroniquer, donc je devrais en avoir pour quelques années tout de même 🙂 Et je manque de beaucoup de sens critique, je parle avec mon cœur de ce qui m’a plu, et ce qui m’a moins plu, sans chercher à l’intellectualiser.

Et si nous allions un peu plus loin ensemble ?